TIPC

Élaboration d'un programme pour une politique d'innovation transformatrice

Thinking & Analysis

Mobilisation des réseaux vers des objectifs de transformation

Un dîner organisé par TIPC et cofinancé par l'EU-SPRI a réuni des responsables de réseaux de recherche, des décideurs politiques et des agences nationales pour examiner les opportunités de collaboration autour d'un programme de politique d'innovation transformatrice (TIP) aligné sur les objectifs sociétaux et environnementaux. Il s'est appuyé sur des discussions antérieures avec des membres de réseaux de recherche, notamment STRN, EU-SPRI, Globelics et Africalics. Le fondateur de TIPC, Johan Schot, a accueilli la réunion, appelant les réseaux de recherche mondiaux pour les transitions de durabilité et les études d'innovation à se mobiliser dans la poursuite d'un nouveau programme de recherche partagé, et les décideurs politiques et les bailleurs de fonds à jouer un rôle pour influencer cela :

Pour aborder les ODD, l'Académie doit se transformer et, en tant qu'universitaires, nous devons repenser la façon dont nous menons nos activités. Comment favoriser un travail plus interdisciplinaire et transdisciplinaire ? Le modèle de travail actuel, sous-tendu par le travail individuel, en petits projets et en silos avec fertilisation croisée lors de conférences, est un modèle du XXe siècle. Nous devons mettre en place de nouvelles infrastructures de recherche et travailler ensemble de manière plus large. L'UE et d'autres agences dans le monde veulent se préparer aux transitions vers la durabilité et, en tant qu'universitaires, il ne suffit plus de faire notre propre truc.

TIPC est une étape vers cela, rassemblant des chercheurs et des décideurs politiques pour travailler sur l'apprentissage partagé et la co-création de TIP. Cependant, il est encore possible de renforcer les liens avec d'autres réseaux pour capitaliser sur l'impact partagé. Le dîner-rencontre a mis en évidence les opportunités que cela présenterait, ainsi que les obstacles à surmonter, et a ouvert un dialogue pour aller de l'avant.

Exploiter la pluralité

Les discussions ont mis en évidence les difficultés à établir un nouvel agenda de recherche partagé. Bien qu'il soit utile de mobiliser les communautés autour d'objectifs et de thèmes communs, cette approche est potentiellement en contradiction avec les chercheurs qui adoptent des approches individuelles mutuellement informées. Les représentants ont toutefois souligné que les réseaux peuvent servir de plates-formes pour assimiler et mobiliser les connaissances, en particulier pour l'interaction avec les communautés politiques. Une stratégie, par exemple, pourrait impliquer un engagement délibéré avec les praticiens des politiques lors des conférences annuelles, comme cela est démontré lors des conférences TIPC. Le défi posé pour la construction d'un agenda de recherche partagé est de savoir comment exploiter la pluralité des perspectives au sein des réseaux. Les chefs de réseau ont attiré l'attention sur la capacité de renforcer les partenariats et les connexions, d'aligner l'enquête sur la TIP avec les thèmes de recherche du réseau et d'utiliser les forums existants pour promouvoir un programme de recherche sur la TIP auquel les individus pourraient souhaiter s'abonner. L'expérimentation de l'évaluation, par exemple, était un intérêt commun parmi les membres du réseau.

Le moment est venu pour des alliances sur la transformation

Les décideurs politiques, les organisations multilatérales et les agences nationales présentes ont attiré l'attention sur la pertinence et l'opportunité de ce dialogue, et sur l'ampleur des opportunités de travailler ensemble. La mise en œuvre du « Green Deal » européen, par exemple, fera émerger le besoin de nouvelles mentalités et de nouveaux praticiens. Les administrations nationales, régionales et municipales devront également travailler avec des chercheurs sur la cartographie des systèmes et la conception d'actions politiques transformatrices. Il existe une opportunité pour les réseaux de recherche d'intensifier la tâche de co-création pour l'expérimentation et l'évaluation des politiques, ainsi que la formation des fonctionnaires, avec la possibilité pour des initiatives telles que EIT Climate-KIC de s'engager avec TIPC et d'autres réseaux pour construire capacité.

Parler différentes langues

Les participants ont également évoqué les obstacles à une collaboration plus étroite. L'interface actuelle entre les réseaux universitaires et les praticiens des politiques ne fonctionne pas efficacement, la réflexion universitaire se perdant parfois dans la traduction vers le monde politique. Les décideurs politiques ont appelé à des liens plus systémiques avec les chercheurs, arguant que les réseaux doivent démontrer des solutions par une action qui fonctionne sur le terrain et qui a un impact, plutôt que de compter sur les praticiens pour s'engager dans une réflexion plus abstraite. L'approche TIPC d'expérimentation et d'ouverture aux décideurs politiques est très attrayante et résonne à l'échelle mondiale, mais le langage utilisé doit permettre une collaboration efficace. Les chercheurs ont été invités à faire un changement pour entrer sur le terrain des décideurs politiques, en s'adressant à des fonctionnaires qui n'assisteraient pas habituellement à des forums universitaires. Enfin, les chercheurs doivent développer une expertise en s'engageant non seulement avec des agences agissant en tant qu'investisseurs ou bailleurs de fonds, mais aussi avec les politiciens qui sont responsables des besoins de la société.

Trouver et partager de nouvelles façons de travailler ensemble

Les bailleurs de fonds et les agences nationales ont suggéré que leurs intérêts résident dans des partenariats avec le TIPC et les autres réseaux, notamment en vue d'identifier de nouvelles façons de travailler ensemble. Un programme de recherche explicite est secondaire par rapport à cela et ne s'alignerait pas nécessairement sur les cadres de financement à un moment donné. Il existe une complémentarité dans la pensée, émergeant du Sud et du Nord, et des opportunités d'apprendre des approches des autres. Mais certains contributeurs ont exprimé leur frustration quant à la manière dont les bailleurs de fonds facilitent l'interaction politique - en particulier dans le Sud - avec des investissements dépendant de la satisfaction de l'agenda des bailleurs de fonds, plutôt que de l'impact recherché par ceux sur le terrain. De nouveaux modèles d'engagement et de pratique, tels que des initiatives bilatérales entre une seule agence et une équipe de recherche, peuvent nous aider à nous défier mutuellement sur la façon dont nous travaillons sur le changement transformateur. Les participants ont exprimé leur appétit pour une communauté de pratique, reliant les acteurs politiques du monde entier - et envisageant non seulement l'innovation, mais aussi l'éducation, la richesse, l'industrie, l'environnement et d'autres politiques à travers une lentille transformatrice.

L'ouverture d'un dialogue

Le fondateur de TIPC, Johan Schot, a remercié les représentants présents à la réunion pour leurs contributions et a commenté l'étendue de la collaboration et l'ampleur des opportunités. Le TIPC poursuivra les consultations sur l'élaboration d'un programme commun et a lancé un espace de réseau de recherche sur les politiques d'innovation transformatrice (TIPRN) (inscrivez-vous sur la page d'accueil du site Web) pour faciliter la poursuite des dialogues entre les parties intéressées. Un mois plus tard, début décembre, environ 90 chercheurs et praticiens étaient abonnés à ce réseau. Plutôt que de conclure la collaboration lors de la conférence, cette réunion a entamé un nouveau dialogue transformateur.

Réseaux et organisations représentés

Les participants à la réunion étaient affiliés aux réseaux et organisations suivants :

  • Réseau africain pour l'économie des systèmes d'apprentissage, d'innovation et de renforcement des compétences (Africalics)
  • Commission européenne, Direction générale de la politique régionale et urbaine (REGIO)
  • Direction de la Commission européenne-Général pour Rechercheet Innovation (DG RTD)
  • Agence européenne pour l'environnement (AEE)
  • Forum européen d'études des politiques de recherche et d'innovation (EU-SPRI)
  • Institut européen d'innovation et de technologie Climate Knowledge and Innovation Community (EIT Climate-KIC)
  • Agence allemande de l'environnement
  • Réseau mondial pour l'économie de l'apprentissage, de l'innovation et des systèmes de renforcement des compétences (Globelics)
  • INGENIO [CSIC-UPV]
  • Centre de recherches pour le développement international (CRDI)
  • Commission nationale kenyane pour la science, la technologie et l'innovation (NACOSTI)
  • Agence néerlandaise d'évaluation environnementale (PBL)
  • Conseil de recherche de Norvège
  • Institut de recherche sur les politiques scientifiques et technologiques (CSIR), Ghana
  • Unité de recherche en politique scientifique (SPRU)
  • Département sud-africain des sciences et de la technologie (DST)
  • Réseau de recherche sur les transitions durables (STRN)
  • Office fédéral de l'environnement (OFEV)
  • Consortium pour une politique d'innovation transformatrice (TIPC)
  • Recherche et innovation au Royaume-Uni (UKRI)
  • Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD)
  • Centre universitaire d'Utrecht pour les défis mondiaux (UGlobe)
  • Vinnova, Suède