TIPC

Sur l'expérimentation politique : décision, conception et attitudes évolutives

Thinking & Analysis

 MAI 2018

Au Transformative Innovation Policy Consortium (TIPC), nous nous lançons dans un programme passionnant de cinq ans qui implique une bonne partie de l'expérimentation et de la co-création de politiques. Avec ce blog, le premier d'une série qui se concentre à chaque fois sur un élément du programme TIPC, je partage quelques-unes de mes réflexions sur l'expérimentation politique, recueillies lors de mes explorations de ce territoire au cours de notre année exploratoire.

Les références à l'expérimentation, à l'expérimentation et à l'expérimentalisme deviennent omniprésentes. Difficile d'écouter un podcast sans tomber sur au moins une référence à ces « ex ». Des espaces dédiés à l'expérimentation, ou laboratoires, surgissent dans les villes, les unités politiques et les plateformes multi-acteurs sous des formes et des labels variés. Une partie de cet enthousiasme découle d'une récente prise de conscience de l'incertitude, de l'ambiguïté et de l'ignorance suscitées par des problèmes complexes et pervers (Stirling 2010, Leach et al. 2010). Examinez attentivement les objectifs de développement durable des Nations Unies et vous découvrirez de multiples problèmes qui se recoupent, pour lesquels les solutions sont loin d'être évidentes, et qui pourraient créer des effets d'entraînement et des impacts. Dans ce contexte, les laboratoires sont généralement conçus pour relever un défi ou une mission particulière et sont l'incarnation d'une rhétorique inculquée d'optimisme quant à l'innovation et de scepticisme à l'égard de la planification et des approches traditionnelles de l'élaboration des politiques. Malgré ces points communs, un langage similaire est utilisé pour décrire des attentes diverses et parfois contradictoires de ce qui peut être réalisé par l'expérimentation, notamment :

  • générer des preuves scientifiques de « ce qui fonctionne » pour la prise de décision
  • pour tester l'hypothèse de conception et clarifier « ce qui se passe réellement »
  • innover au sein du secteur public et démontrer « ce qui va se passer »
  • faire face à l'incertitude et à la complexité sur « que se passerait-il si »
  • favoriser la créativité et l'apprentissage de « ce qui pourrait être »
  • protéger, nourrir et renforcer les alternatives « qui pourraient arriver »
  • provoquer la discussion et sonder « ce qui devrait arriver »

Cependant, avant que TIPC ne saute dans ce train en marche, il est essentiel de s'interroger sur les contours et les directions de l'expérimentation. Bason (2017) a proposé un moyen utile de le faire lorsqu'il a identifié les attitudes (ou justifications) de décision et de conception pour l'expérimentation. Ici, je passe en revue ces attitudes et les complète avec une perspective qui prévaut dans mon domaine d'études (transitions vers la durabilité). Ces attitudes sont souvent tenues pour acquises par les diverses communautés de pratique qui poursuivent l'expérimentation des politiques. Rendre leurs hypothèses évidentes est une étape importante pour développer une compréhension commune au sein du TIPC.

Attitude de décision

L'attitude décisionnelle se concentre sur la prise de décision (Bason, 2017) et vise donc principalement à produire des preuves (scientifiques) de l'efficacité d'un ensemble prédéfini d'options, pour estimer les impacts, atténuer les risques, confirmer les hypothèses de conception et optimiser les instruments politiques. Cette attitude est associée à l'accent mis sur les méthodes économétriques (par exemple les essais contrôlés randomisés) ou les expériences comportementales, qui adhèrent à un contrôle strict des paramètres expérimentaux.

Compte tenu des objectifs de TIPC, cette attitude, en elle-même, est insuffisante pour gérer l'incertitude, l'ambiguïté et l'ignorance provoquées par le processus de transformation, car elle peut précipiter la clôture autour d'interventions spécifiques et étouffer la délibération sur les fins, les moyens et les implications de différentes voies. Néanmoins, le développement d'autres méthodologies qui combinent évaluation sociale et expérimentation peut être un point d'entrée pour des pratiques de délibération plus transformatrices. Cela peut être réalisé, par exemple, en cartographiant les critères que les différentes parties prenantes utilisent lors de l'évaluation d'un dilemme politique particulier (c'est-à-dire une cartographie multicritères), puis en utilisant ces informations pour mettre en place des expériences et évaluer leurs progrès.

Attitude de conception

En revanche, l'attitude de conception met l'accent sur « sonder la prochaine pratique » et adopte une « position d'avenir » (Bason, 2017). Cette position embrasse l'incertitude et l'ambiguïté comme génératrices du processus, qui est principalement considéré comme un effort créatif. Les capacités et les sensibilités des concepteurs sont considérées comme de bons moyens de naviguer dans le processus d'expérimentation de l'élaboration des politiques. En particulier, cultiver une profonde empathie est considéré comme crucial pour recentrer la politique sur les besoins des personnes et leurs relations avec le système (par opposition aux idées abstraites d'efficacité ou de performance). Ici, les laboratoires sont souvent présentés comme des espaces créatifs, où les décideurs politiques et autres parties prenantes peuvent aborder les problèmes sous de nouveaux angles et élaborer de nouvelles approches qui sont ensuite testées dans la pratique (par exemple par le prototypage rapide).

Diverses méthodes associées à cette attitude ont imprégné la pratique politique et lui ont donné un nouveau dynamisme. Cependant, il n'est pas évident dans quelle mesure l'adoption d'une attitude de conception peut aider à promouvoir un changement systémique, si tel est l'objectif. En définissant la question de l'expérimentation politique comme concernant principalement la créativité, elle tend à négliger les manières concrètes dont la dépendance au cheminement et le verrouillage des systèmes existants étouffent les transformations. La plupart des innovations et des interventions bien conçues reculent devant la pure indomptable de ce qui est déjà là.

Attitude évolutive

Dans le domaine des transitions vers la durabilité, nous observons une attitude évolutive qui place le changement systémique au premier plan. Même lorsqu'une technologie ou une pratique sociale prometteuse est apparente (par exemple, l'énergie solaire photovoltaïque pour décarboner la production d'électricité), son intégration reste un défi ; cela peut prendre des décennies pour aligner les divers processus de développement de cette technologie, ses chaînes d'approvisionnement, créer les modèles commerciaux, politiques, réglementations appropriés et informer les utilisateurs. Cela peut prendre encore plus de temps pour établir et aligner des innovations complémentaires (par exemple, réseaux intelligents, stockage à l'échelle du réseau, stockage domestique), pour créer une alternative viable et gérer les multiples complications qui émergent (par exemple, subventions appropriées, augmentation des coûts de l'électricité). Ces configurations sociotechniques en devenir sont confrontées à une pression immense face à la manière dominante de faire les choses, telles que les attentes des utilisateurs en termes de performances et de coût, et la résistance active des acteurs en place.

Pour cette raison, les chercheurs soulignent l'importance des niches : des espaces protecteurs où les effets de la manière dominante de faire les choses ne sont pas aussi dominants, et où les pratiques et technologies émergentes peuvent trouver les ressources et les conditions nécessaires pour se développer. De telles niches peuvent être construites en profitant des conditions favorables préexistantes et en établissant et en soutenant des expérimentations sociotechniques stratégiques (Schot et Geels, 2008). Ainsi, le domaine des transitions soutient que l'expérimentation, associée à des efforts pour développer des niches et d'autres approches politiques (intégrées dans un policy mix) peut aider à favoriser les transitions durables (Kivimaa et Kern, 2016, Rogge et Reichardt, 2016). Dans ce contexte, les expériences peuvent être définies comme « une initiative inclusive, fondée sur la pratique et axée sur les défis conçue pour promouvoir l'innovation du système par l'apprentissage social dans des conditions d'incertitude et d'ambiguïté » (Sengers et al., 2016).

Mobiliser l'expérimentation pour TIPC

Dans le contexte du TIPC, les éléments de ces différentes attitudes sont saillants. En particulier, nous espérons responsabiliser nos membres pour développer l'attitude évolutive, car nous avons observé qu'elle est encore largement négligée dans la pratique actuelle qui privilégie la décision et la conception.

De manière cruciale, alors que l'expérimentation continue de se développer dans divers domaines à l'intérieur et à l'extérieur du domaine politique, il est essentiel que les décideurs politiques dépassent la mise en place d'expériences politiques spécifiques uniquement pour la formulation de politiques et renforcent la capacité d'engager et de mobiliser les initiatives, et les leçons tirées de une gamme d'activités expérimentales. Dans cet esprit, nous avons publié l'année dernière un mémoire qui explore les engagements politiques expérimentaux (EPE): « Les diverses manières dont les décideurs politiques s'engagent dans des processus d'expérimentation, initiant, soutenant ou mobilisant de telles initiatives pour éclairer la prise de décision, permettre des processus d'apprentissage social, développer des voies alternatives et adopter des avenirs souhaitables ». (Torrens et Schot, 2017).

Nous avons commencé la préparation de notre laboratoire de transformation, où nous explorerons différentes EPE et co-développerons les méthodes, les pratiques et les logiques qui peuvent sous-tendre la politique d'innovation transformatrice (TIP). Dans ces efforts, nous nous engageons à la co-création et à l'apprentissage partagé. Donc, dans cet esprit, je suis curieux d'entendre vos commentaires et contributions aux points discutés dans ce premier blog du programme de base TIPC.

Les références

Bason, C. (2017) Leading Public Desing : Découvrir la gouvernance centrée sur l'humain. Bristol : Presse politique.
Kivimaa, P., Kern, F., 2016. Destruction créative ou simple soutien de niche ? Mélanges de politiques d'innovation pour les transitions vers la durabilité. Politique de recherche 45. doi:10.1016/j.respol.2015.09.008
Leach, M., Scoones, I. et Stirling, AC (2010) Durabilité dynamique, durabilité dynamique : technologie, environnement, justice sociale. Routledge. doi: 10.4324/9781849775069.
Rogge, KS, Reichardt, K., 2016. Mélanges de politiques pour les transitions vers la durabilité : un concept étendu et un cadre d'analyse. Politique de recherche 45, 1620-1635. doi:10.1016/j.respol.2016.04.004
Schot, J. et Geels, FW (2008) « Gestion de niche stratégique et parcours d'innovation durable : théorie, résultats, programme de recherche et politique », Analyse technologique et gestion stratégique, 20(5), pp. 537-554. doi: 10.1080/09537320802292651.
Sengers, F., Wieczorek, AJ et Raven, R. (2016) « Expérimenter les transitions vers la durabilité : une revue systématique de la littérature », Prévision technologique et changement social. Elsevier Inc., (sous presse). doi: 10.1016/j.techfore.2016.08.031.
Stirling, AC (2010) « Keep it complex. », Nature, 468 (7327), pp. 1029–31. doi: 10.1038/4681029a.
Torrens, J. et Schot, J. (2017) Les rôles de l'expérimentation dans la politique d'innovation transformatrice. 2017-2. Brighton. http://www.transformative-innovation-policy.net/publications/roles-of-experimentation-in-transformative-innovation-policy/

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]