TIPC

Perspectives et expériences de la gestion des déchets en Amérique latine, un regard sur les transitions durables

Thinking & Analysis

Les Centre latino-américain et caribéen de politique d'innovation transformatrice a repris sa série de webinaires avec "Perspectives et expériences dans la gestion des déchets en Amérique latine, une vision des transitions durables" le 2 juin. Cet événement a été dirigé par l'équipe r Alianza EFI (Alliance for Inclusive Formal Economy), membre du Hub, et leurs invités argentins : Lucas Becerra du Laboratoire d'innovation ouverte et d'économie circulaire LabI&EC, David Alejandro Mejía et Maria Laura Guanoluisa du Réseau national des déchets Cueilleurs de l'Equateur RENAREC. Le webinaire a abordé la gestion des déchets en Amérique latine, qui est le thème central de l'expérience Alianza EFI, et a discuté de différentes perspectives sur la construction d'un processus plus durable et inclusif pour le système.

L'une des caractéristiques les plus importantes des trois cas est leur nouvelle vision de l'innovation et du développement technologique, et sa capacité à faire face aux défis environnementaux et sociaux. Schot & Steinmueller (2016) soulignent la nécessité pour l'innovation et le développement technologique de relever les défis sociaux et environnementaux d'aujourd'hui, et de ne pas se concentrer uniquement sur la croissance économique, la génération de connaissances et la compétitivité comme les cadres politiques conventionnels de la science, de la technologie et de l'innovation l'ont fait auparavant. . Les trois expériences centrent le travail des récupérateurs et des recycleurs, et cherchent des mécanismes d'inclusion et de soins qui permettent de changer le système socio-technique de l'élimination des déchets. L'innovation et la technologie jouent un rôle important dans la réalisation de ces nouveaux modes d'organisation et de structures de marché, mais elles font partie intégrante d'une solution qui va au-delà des artefacts et de la technique.

La complexité du problème

Les problèmes sociaux et environnementaux sont naturellement complexes. Le système de gestion des déchets est composé de multiples sources de production de déchets - y compris les maisons, les industries, les entreprises, les espaces publics et les groupes résidentiels - représentant respectivement 4,4, 11 et 16,5 millions de tonnes de déchets par an en Équateur, en Colombie et en Argentine. Au-delà des défis posés par la génération de déchets à cette échelle, encouragée par des modes de vie et de consommation non durables, les relations sociales et marchandes qui dominent le système actuel de gestion des déchets ajoutent une plus grande complexité au problème. Là convergent des acteurs formels et informels qui sont également hétérogènes et avec des motivations différentes, certaines issues du marché, de l'employabilité et de la génération de revenus. Les composantes technologiques et réglementaires sont essentielles dans la médiation et le fonctionnement de ces relations. Comme l'explique Lucas Becerra, l'économie circulaire (EC) émerge comme une alternative à la gestion des déchets, passant d'une utilisation linéaire des ressources naturelles pour la production et la consommation humaine à une vision qui vise à régénérer le capital naturel, optimiser les ressources disponibles et gérer les externalités associées avec des économies de partage. Cependant, les intervenants s'accordent à dire que cette approche se limite à aborder le problème, dans la figure 1, l'analyse proposée par LabI&EC.

Les limites de l'EC et les avantages de l'approche des systèmes socio-techniques

Parmi les plus grands défis des transitions durables figurent le changement des modèles de comportement et des relations qui influent sur les pratiques de la vie quotidienne, ainsi que l'impact au niveau systémique. De multiples réflexions en découlent. La construction de nouveaux schémas de gestion des déchets implique de nouvelles relations entre les différents acteurs, qui peuvent impliquer de nouvelles technologies, des mécanismes de valorisation et de marché, ainsi que des cadres réglementaires. La première question qui se pose est, comment le changement commence-t-il ? Qui est à l'origine de ce changement ? Un changement de réglementation ou de politique est-il suffisant pour surmonter ce problème complexe ?

Les trois expériences mettent l'accent sur la composante sociale comme facteur de changement à partir de la base. L'équipe d'Alianza EFI met en avant la composante santé et dignité des recycleurs de rue comme élément clé de changement dans son expérience d'innovation transformatrice, qui espère identifier de nouvelles formes de relation entre la source et le recycleur. D'autre part, le LabI&EC d'Argentine indique comme point de départ la reconnaissance et l'appréciation des pratiques et des sens de la circularité dans les expériences associatives de base. Ceux-ci peuvent être systématisés et permettent de co-concevoir de nouvelles formes d'organisation, de travail et de gestion des déchets. Dans cette perspective, de nouveaux acteurs du marché ont émergé, ainsi que des opportunités de R&D pour les matériaux non marchands et les ajustements réglementaires associés. Enfin, RENAREC, par la voix de Maria Laura, recycleuse de rue, rassemble l'expérience du réseau de recycleurs de base comme solution au modèle de gestion des déchets solides en Équateur, collectant de toutes les sources, transportant, classant et intermédiant dans l'industrie, comme illustré à la figure 2.

Les trois études de cas attirent également l'attention sur l'importance des politiques publiques pour faciliter ces changements : l'étude de cas de l'Équateur étant la plus avancée avec une nouvelle réglementation inclusive sur la gestion des déchets solides, qui intègre les recycleurs de base dans sa création et son opérationnalisation.

Deux des trois conférenciers ont utilisé une approche axée sur la recherche en travaillant avec les communautés concernées. RENAREC a appliqué son expérience de la pratique et comment il peut réaliser une transformation du système à partir de son travail avec les récupérateurs de déchets et les recycleurs. Ceci est important pour deux raisons : premièrement, cela contraste avec la vision plus technique et axée sur la technologie du CE. Deuxièmement, il montre comment des acteurs non liés aux institutions traditionnelles de génération de connaissances et d'innovation peuvent être les protagonistes des processus de transformation.

Dans quelle mesure ces expériences sont-elles transformatrices ?

Les études de cas présentent un défi et montrent comment réaliser des changements systémiques dans la gestion des déchets, bien qu'elles ne remplacent pas le système par un système radicalement nouveau. Ceci est défini comme « ajuster et se conformer » dans les processus de transition. Le premier facteur de changement à travers ces expérimentations est l'inclusion, qui permet d'intégrer, de reconnaître et de légitimer la pratique du recycleur de terrain, en le reconfigurant comme un acteur ayant une agence dans le système. A partir de là, des changements se déclenchent dans la perception à la fois des récupérateurs et de leur métier, ainsi que dans les lieux de travail, les foyers et les industries qui valident et établissent des relations avec cet acteur. Cela impacte la rémunération, la formalisation, les conditions de sécurité et de santé liées à l'exercice des activités de recyclage. De nouveaux rôles peuvent alors apparaître sur le marché, interagissant avec les entreprises de collecte et de traitement des déchets, composantes formelles du système dominant. De nouveaux rôles apparaissent également associés à la valorisation des nouveaux produits et des déchets classés. Ces changements sont reflétés et consolidés dans de nouvelles lois et politiques publiques. Peut-être est-il pertinent de comprendre un peu plus quand la politique « protège » et « nourrit » ces initiatives et le processus sous-jacent. Ce sont deux processus fondamentaux des transitions durables, qui pourraient être explorés dans un futur webinaire.

La vidéo de ce webinaire est disponible ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *