TIPC

Vers une politique d'innovation transformatrice pour la Norvège

Thinking & Analysis

« Une riche tapisserie des trois cadres de la politique d'innovation est présente en Norvège. Nous devons leur faire savoir comment se parler.

Johan Schot, directeur du SPRU

Comme le dit avec justesse Elisabeth Gulbrandsen, conseillère spéciale du Conseil norvégien de la recherche (RCN) et présidente du TIPC : "Nous sommes entre 'le plus et le pas encore'." Alors que de nombreux gouvernements et communautés à travers le monde réfléchissent à leurs propres « grands défis », remettant en question l'impact de leur situation économique, sociétale et environnementale actuelle, la Norvège aussi.

northern_lights

The Norwegian’s increasingly urgent challenge is to steer its economy towards other profitable industries to divert reliance from a hegemonic oil sector. The decline in oil prices, and also productivity, of the past ten years gives Norway the opportunity and impetus to develop new directions. As a central strategic actor in the country’s innovation system, the RCN are pivotal in guiding this. In recent times, they have moved toward Responsible Research and Innovation (RRI) policy design within projects showing characteristics from the ‘frame-three’ thinking of Transformative Innovation Policy (TIP). An illustration of this played out during the 2014 bidding process for the National Centre for Digital Life. Here the need for collaboration between participating actors became pertinent and of greater value than just competition. The necessity for a long-term, sustained vision was also nurtured. Developing an approach to RRI has been crucial. The Norwegian ‘Framework of Responsible Innovation’ (2015), part of a potential TIP ‘toolkit’ has done this with its four guiding principles:

  • Être 'Anticipatif' pour capter les capacités positives et prévoir les implications sociétales avant qu'elles ne surviennent,
  • S'engager dans "Réflexivité" examiner les hypothèses cachées et les zones d'ignorance avec un large éventail de parties prenantes, y compris les scientifiques eux-mêmes, pour identifier les apprentissages croisés possibles et donner une direction aux activités,
  • Chercher "Inclusivité" s'ouvrir à davantage d'acteurs, en faisant appel à des acteurs alternatifs pour élargir la contribution au secteur de la science et de la technologie et à ses résultats,
  • Être 'Sensible' en utilisant les connaissances acquises pour fournir, le cas échéant, une gouvernance alternative. Acceptez l'apprentissage et mettez-le en œuvre dans le processus.

map

C'est à partir de quatre de leurs programmes qu'est né le « Cadre d'innovation responsable » - le Programme de recherche sur les biotechnologies pour l'innovation (BIOTEK2021); le programme de recherche sur les nanotechnologies et les matériaux avancés (NANO2021) ; l'Initiative pour les TIC et l'innovation numérique (IKTPLUSS); et le Programme sur l'innovation responsable et la responsabilité sociale des entreprises (SAMANSVAR). D'autres initiatives potentielles du « cadre trois » du TIP qu'un pays peut mettre en œuvre avec RRI comprennent, par exemple, la gestion stratégique de niche, la gestion de la transition ou l'innovation inclusive.

Les dernières questions à aborder dans la prochaine phase du TIPC seraient les suivantes : comment les « grands défis » de la Norvège (baisse des prix du pétrole, augmentation des dépenses publiques, baisse de la productivité) pourraient-ils bénéficier davantage d'une approche du cadre trois ? Comment obtenir de nouveaux résultats économiques, sociétaux et environnementaux en appliquant le TIP (accompagné d'un policy mix intégrant les deux autres cadres) ? Comment peuvent-ils alors être évalués et mesurés ? Comment les résultats peuvent-ils être mis en œuvre et étendus ? Au fur et à mesure que TIPC évolue vers l'étape suivante, nous pouvons nous attendre à ce que ces réponses, et inévitablement d'autres questions, s'éclairent.

Johan Schot et Laur Kanger sur la politique d'innovation transformatrice en Norvège

"Je pense que l'approche de TIPC est bonne - l'accent mis sur l'expérimentation et le processus. Il faut plus de figurations que de solutions. Les figurations sont trans-discursives et invitent au-delà des frontières – je ne pense pas qu'il faille trop les clarifier. Ils indiquent des directions mais ce ne sont pas des solutions. Nous sommes loin des solutions et je pense que cette prise de conscience est précieuse. Nous sommes 'entre le plus et le pas encore' et c'est là où nous en sommes et devons rester ! C'est une citation de la pédagogie féministe. Je pense aussi, comme le dit Andy Stirling (du SPRU), « ouvrir et élargir la politique du possible ». Nous avons tendance à lutter pour la fermeture – trop vite. Je pense que cela peut être un défi culturel. Nous attendons de nous que nous apportions des solutions. Il est difficile de tolérer de ne pas donner les réponses, de ne pas être « l'expert » tout le temps et de prendre plutôt du temps pour apprendre, réfléchir et expérimenter. C'est la chose la plus précieuse du consortium. Comme le dit Johan, nous n'avons pas pour objectif de donner beaucoup de recommandations, nous n'allons pas écrire de gros rapports. Nous allons faire de la coproduction, de la cocréation de politiques et de recherche. C'est vraiment précieux et je suis curieux de savoir comment cette expérimentation se sentira !"

Elisabeth Gulbrandsen, Conseillère spéciale, Conseil norvégien de la recherche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *