TIPC

BLOG 2 : Les résultats transformateurs : la théorie tient-elle ? Le point de vue des pratiquants d'Afrique du Sud

Thinking & Analysis

Par Géraldine Bloomfield

Entretien avec Tanya Layne et Nontutuzelo Pearl Gola du South African National Biodiversity Institute (SANBI)

Ceci est le blog n ° 2 de la série de blogs South Africa Water Experiment. Pour référence, le premier de la série est ici

 

« Il y avait beaucoup d'apprentissage dans l'apprentissage ! Le processus en disait long sur nous-mêmes et sur notre propre apprentissage et désapprentissage.

Pour moi, ce fut un voyage fascinant… En fin de compte, ce n'est pas le morceau de papier qui fait le travail… »

Dans ce deuxième blog de notre série d'expériences sur l'eau en Afrique du Sud, nous mettons sous les projecteurs les résultats transformateurs, la boussole au centre de la méthodologie TIPC, pour examiner l'interaction à l'interface théorie-pratique "en direct" pour savoir quel impact les résultats transformateurs (TO) ont eu sur le projet sud-africain de « prototypage » de la méthodologie TIPC. Comment l'équipe projet a-t-elle ressenti le concept des TO ? Comment la théorie a-t-elle joué dans le projet ? Et le plus important l'a fait coller?

 

Pour le savoir, nous avons rencontré Tanya Layne, directrice adjointe de l'apprentissage social et organisationnel et Nontutuzelo Pearl Gola, coordinatrice des infrastructures écologiques pour l'un des domaines impliqués dans le projet - le Projet d'eau des bassins versants vivants.' Tous deux proviennent du partenaire central de coordination du projet - l'Institut national sud-africain de la biodiversité (SANBI). Le projet travaille à l'approvisionnement et à la sécurisation de cette ressource essentielle pour l'ensemble du pays. Cet objectif est résumé dans les Objectifs de développement durable - Objectif 6 - et est fondamental pour tous les autres.

En glanant leur réaction, nous récapitulerons également sur la pierre angulaire de la théorie TIPC - les résultats transformateurs[1].

 

Les résultats transformateurs comme boussole

Tout d'abord, quels sont les objectifs des TO dans les expérimentations politiques ? Pourquoi entrelacer la méthodologie TIPC à travers un projet en direct ? Quel est l'objectif pour les participants et les partenaires d'identifier les TO dans chaque flux de transformation ? Brièvement, les objectifs sont de :

  • Agir comme une boussole vers une direction souhaitée mettre en lumière les activités de transformation
  • Fournir une articulation et donner un langage commun
  • Améliorer la coordination des politiques vers ces résultats transformateurs
  • Donner espace et temps de réflexion pour mieux atteindre le résultat

Comme le dit Johan Schot, professeur d'histoire mondiale et de transitions durables, directeur académique et fondateur de TIPC :

"Le monde semble convenir que pour atteindre les objectifs de développement durable, nous devons nous concentrer sur un changement transformateur. La grande question est comment ? Les résultats transformateurs, bien que fondés sur des bases académiques, sont également une boussole utile pour les praticiens. Ils aident à naviguer dans les transformations de leurs projets et programmes »

En articulant les TO par la discussion et l'accord au sein des expériences en direct, la méthodologie TIPC aide à donner l'opportunité d'établir une direction claire vers les objectifs de transformation.

L'espace et le temps de réflexion se sont avérés très précieux pour le projet Living Catchments. En tant que directrice adjointe de l'apprentissage social et organisationnel chez SANBI, Tanya Layne déclare :

"Ce que ce processus nous a donné en tant qu'équipe, c'est espace structuré pour remonter le développement du projet qui est de l'or ! Cela nous a beaucoup demandé, mais la vérité est que le rythme de nos le travail signifie généralement que nous ne prenons pas le temps si bon les processus ont besoin, et c'est le lien avec l'apprentissage organisationnel – je pense que le processus a été utile.

 

Des flux à la transformation

La méthodologie TIPC met en lumière les activités transformatrices pour guider l'expérience et soutenir le changement vers un nouveau comportement et une nouvelle approche durables. Ces flux de mise en œuvre sont définis comme :

  • Construire, protéger et cultiver des alternatives durables (appelées niches)

Tout d'abord, c'est votre start-up ou votre "niche". C'est le petit nouveau du bloc; faire les choses différemment; faire bouger les choses. Dans le cadre de cette étape, les décideurs politiques peuvent créer des barrières et des protections autour de la niche pour lui donner une chance de se battre. Il s'agit d'identifier où ces alternatives se produisent et qui aborde les problèmes différemment et de manière innovante.

  • Étendre et généraliser la nouvelle approche avec ses nouvelles règles de comportement et d'attitudes

Une fois que la niche durable a pris solidement racine, les praticiens peuvent examiner quelles politiques et activités aideront ces nouvelles règles, comportements et processus qui ont été appris dans la niche, les étendre à la pensée dominante. Dans de nombreux projets, y compris SANBI, cela est référencé comme «mainstreaming». C'est un verbe, un mot faire. Cette focalisation sur de nouvelles actions et de nouveaux processus est la clé pour atteindre les TO.

Comme le dit si bien Dr Notutuzelo Pearl Gola :

"Ce n'est pas le morceau de papier qui fait le travail."

C'est l'action des gens qui fait le travail. Avec une formation en recherche, avant de passer à la politique, via le secteur des ONG, le Dr Gola est bien placé pour faire cette importante observation. Cela fait écho à la philosophie du TIPC selon laquelle la conceptualisation des idées dans les documents de recherche est effectuée pour donner lieu à un travail politique qui apprend, crée et modifie les comportements. Pour les individus, les communautés, les nations, les continents, le monde. Il est important de comprendre que la transformation passe par des changements dans les « règles » du pourquoi, du comment et de ce que les gens pensent - puis, de manière cruciale et plus importante, de ce qu'ils pensent. fais.

  • Remplacer l'ancienne façon non durable de faire les choses (connu sous le nom de régime) avec l'alternative(s) désormais intégrée(s) à grande échelle

Au fur et à mesure que le créneau se développe, les règles et comportements durables associés devenant courants, un autre élément entre en jeu - desserrer l'emprise non durable, l'ancienne façon de faire sur le comportement. C'est la partie désapprentissage pour la société.

C'est la transformation réelle, lorsque les règles, les comportements et les systèmes durables sont devenus la norme. Ou dans le jargon universitaire de Sustainability Transitions, le « régime » indésirable et non durable est pour la plupart mort et « évidé ». Ce petit nouveau sur le bloc, avec tout le sens frais, règne désormais sur le perchoir du «régime».

 

Ce n'est pas un chemin clairement balisé et il n'y a pas de ligne d'arrivée

Ceux-ci ne sont pas donnés comme un chemin clair, défini, séquentiel et singulier avec une manière définie, c'est-à-dire un plan de transformation.

Ce que fait l'élaboration des TO pour un projet, c'est de faire des flèches "par ici", des signes "tu vas bien" et "nous avons atteint une impasse et devons faire demi-tour". Les TO donnent à un projet - ainsi qu'à une organisation, une société, un globe - une grande boussole visible pour s'aligner et lire fréquemment le long du voyage sinueux et transformateur.

 

C'est le voyage qui compte

Le processus réel sera parfois détourné, parfois chevauchant, parfois complexe, parfois concurrent, parfois disparate, parfois harmonisé, parfois agité, avec des démarrages et des à-coups ; fléaux et chutes. Ce sera, en un mot, humain.

Il n'y a pas vraiment de ligne d'arrivée en tant que telle, c'est la mise en forme en cours de route qui compte. Adapté à un usage réel. En forme pour un développement durable, 21stavenir prêt pour le siècle. Le résultat est le voyage, l'apprentissage et les nouveaux comportements qui en découlent.

Comme le pense Tanya Layne, directrice adjointe de l'apprentissage social et organisationnel chez SANBI, c'est dans le processus que réside la magie. Elle articule cette co-création de sens et de finalité :

"Les TO sont-ils utiles en raison de ce qu'ils disent, ou les TO incarnent-ils tout un apprentissage au sein de l'équipe TIPC, ce qui permet ensuite de poser tout un tas de questions qui génèrent ensuite un apprentissage dans l'équipe projet ?"

Voilà qui résume l'intention des TO. Ils sont une boussole pour un voyage autour et vers la transformation. Les TO gardent les questions, les réflexions, les apprentissages, les relations et les activités allant dans les directions dont ils ont besoin.

 

'Sortir' de la Transformation

Dans chaque volet de la durabilité, quatre TO sont décrits qui représentent les questions, les activités, le désapprentissage et l'apprentissage qui doit être fait. Ceux-ci sont mis en évidence ci-dessous.

Favoriser les alternatives –
  • Protéger & Bouclier
  • Apprendre
  • Réseau
  • Naviguer dans les attentes
Développer et intégrer les alternatives -
  • Haut de gamme
  • Reproduire
  • Circuler
  • Institutionnaliser
Remplacer les comportements non durables –
  • Désaligner & déstabiliser
  • Désapprendre et apprendre en profondeur
  • Renforcer les interactions entre l'ancien et le nouveau
  • Changer les perceptions et finalement les comportements

 

Poser les bonnes questions

Par exemple, pour les praticiens des projets du premier volet, ils doivent se demander – quelles activités pouvons-nous identifier comme alternatives ? Que faut-il renforcer ? Que faut-il protéger ? Que faut-il évaluer et changer ? Qu'est-ce qui a besoin de plus de soutien ou d'attention ? Qui doit être impliqué dans le processus ? Communiquer avec ? Informé?

À travers chaque volet, les TO sont un outil de sculpture pour façonner un projet et réduire le risque de perte ou d'oubli de l'objectif de transformation. Ils donnent la vision et guident le chemin. Bien qu'il y ait douze TO définis à l'heure actuelle, on s'attend à ce que ce nombre augmente à mesure que les projets utilisent la théorie et en créent d'autres.

 

Ils ne sont pas tous à la fête

Est-ce que tous les résultats figurent dans chaque projet ? Non, ce n'est pas l'intention. Ce n'est pas normatif. Les projets choisissent, à travers la méthodologie, les résultats sur lesquels ils veulent se concentrer dans le cadre de leur cheminement vers la transformation.

En résumé, en orientant vers de nouveaux comportements, les TO sont une articulation de ce processus de changement. Les TO aident à comprendre les activités politiques. Lors de l'identification du potentiel de transformation, tel que marqué par les TO, les décideurs politiques peuvent vouloir se concentrer davantage sur certaines activités, accélérer ou donner plus de ressources pour se renforcer et se développer.

Dans l'équipe de projet d'Afrique du Sud, la réflexion sur les TO a aidé à créer une forme autour d'activités déjà existantes pour les voir avec une nouvelle logique. Cela a aidé l'équipe à apprendre ensemble quoi faire de plus. Cela a renforcé leur conviction de savoir où ils vont – la boussole indique mieux la direction de la transformation.

Le fait de tenir les TO pour examen en tant qu'équipe de projet a amené l'équipe à descendre à un niveau progressif qui aide à l'évaluation réfléchie et détaillée. Cela favorise un apprentissage en profondeur en sondant les bonnes questions sur les attitudes, les comportements et les règles qui sont individuels, organisationnels et sociétaux, qui doivent changer pour passer à d'autres.

Layne explique ce que l'examen et la superposition des TO ont apporté à l'équipe :

"Cela nous a demandé beaucoup, mais la vérité est que le rythme de notre travail est si rapide que cela signifie généralement que nous ne prenons pas le temps dont un bon processus a besoin, et c'est le lien avec l'apprentissage organisationnel... Faire attention à tout ce qui se passe. Je pense qu'il y a eu une valeur dans le processus. Ce qui est transformateur, c'est de se poser de bonnes questions ! Pouvoir aller toujours plus loin, et toujours plus loin. Il y a eu de la place dans le processus pour explorer cela.

La langue pour le travail vient avec l'apprentissage. Tout notre travail dans la division est relationnel, je n'aurais pas pu dire ça il y a 5 ans. À l'institut, nous sommes ancrés dans les sciences biophysiques. Le « contenu » de notre travail est souvent considéré comme primordial. Les aspects relationnels comme secondaires. Très souvent, la partie « socio » de l'équation est appelée « douce ». L'aspect relationnel est devenu plus important. Une solide connaissance du contenu scientifique est donc essentielle, ainsi que la capacité d'un bon engagement social. Cela aide cela.

Ici, Layne résume l'intention des TO - être un conduit et une boussole pour que les équipes politiques atteignent les apprentissages dont elles ont besoin, soient transformatrices, en fonction de leurs compréhensions et de leurs contextes. L'apprentissage profond et continu est au cœur de la politique d'innovation transformatrice (TIP). Comme cela l'a montré, c'est le voyage autour, et vers les TO, qui rend l'équipe et l'approche aptes à la transformation.

 

Ce que fait la superposition de la méthodologie TIPC dans une équipe de projet

Un aperçu du processus impliqué dans la superposition des TO est présenté ci-dessous. Cela donne le processus en un mot hautement transformé!

 

Traduction et mise en relation avec les TO

Gola illustre davantage le besoin d'un langage, comme les TO, qui donne une traduction pour le faire. Elle reflète la pensée et la perspective évolutives des TO. Elle explique comment, pendant son doctorat, elle pensait :

« Je vais dessiner ces bordures de distribution d'eau et elles vont se traduire directement dans la pratique. Mais non, j'ai découvert qu'il manque généralement une étape entre le contenu et la traduction de ce contenu en quelque chose d'utilisable. Mais il n'y a pas de solution unique. Tout le monde est différent et chaque contexte est différent donc c'est évolutif.

 Les personnes interrogées par SANBI ont souligné qu'alors que l'interface science et politique s'affinait et évoluait, il y avait un tout autre domaine de mise en œuvre des politiques qui nécessitait beaucoup de travail. Cela a été mis en évidence après une réflexion sur les TO du projet. Gola note :

« Il y a beaucoup d'entre-deux ! Cela nécessite vraiment beaucoup de pratique sociale.

 Cela montre à quel point la traduction et la communication essentielles des intermédiaires sont en train de changer les comportements. Gola poursuit en expliquant que le travail autour des TO a montré les domaines du projet où un engagement supplémentaire est nécessaire et où du travail doit être fait. Comme elle le précise :

"Une autre dynamique (émergente) pour moi (à travers cela) a été le besoin de connaître l'espace du secteur de la politique de l'eau. Je pense que la plupart de ces choses, en particulier le projet sur lequel nous nous basons, sont orientées vers le secteur de la biodiversité. Nous parlons d'influencer l'eau, cela a donc montré que nous avons besoin d'un engagement plus poussé avec l'espace politique de l'eau dans le cadre des résultats (transformateurs) du projet. Ce processus (la méthodologie TIPC) m'a aidé à comprendre cela avec le temps d'examiner en profondeur les politiques.

En tant que personnes et organisations, vous allez toujours graviter autour de ce que vous « savez », et la biodiversité est ce que nous « savons ». Il y a beaucoup de dynamique au sein du secteur de l'eau et de «l'institutionnalité» du secteur de l'eau… Il se passe beaucoup de choses dans cet espace, et si nous voulons influencer ce secteur de manière significative, nous devons nous engager avec lui .”

Cela est venu de l'examen des résultats transformateurs associés au réseautage et à la connexion. Le temps accordé à creuser dans le projet leur a révélé qu'il était nécessaire de s'engager davantage avec le secteur de la politique de l'eau pour pouvoir mieux travailler à la réalisation de la transformation du système de l'eau.

 

Du papier au projet

L'un des principes centraux de la théorie TIP est qu'il existe une co-création de sens autour de la théorie entre le praticien « utilisant » les concepts et le chercheur. La théorie après tout est le processus. Réfléchissant à ce qu'ils ont pensé individuellement en entendant pour la première fois la théorie de la TIP, Layne et Gola montrent le fossé perçu entre la recherche, la politique et la pratique. Layne décrit :

« Ma formation me laisse très sceptique sur toute théorie. Bien que je sois conscient de la nécessité d'avoir un pont entre ma façon de travailler et la façon dont les institutions dans lesquelles je travaille, et avec, comment elles fonctionnent. Je l'ai vu comme un pont, d'autant plus que les résultats transformateurs ont été développés grâce à une observation approfondie et attentive des processus de transformation. Ils ne sont pas abstraits, car ils sont arrachés à la tête de quelqu'un ! Ils sont ancrés dans l'observation qui est l'un des fondements de ma pratique. J'ai vu que cela pouvait être utile. (Être basé sur des données empiriques) est vraiment important pour moi.

Gola s'agrandit :

« Je suis une personne pratique et je le suis devenu davantage au cours des dernières années, même si je suis un universitaire dans l'âme, je crois donc que les choses sont fondées sur la théorie. Et puis tester la théorie - c'est la partie la plus amusante ! Puis être en mesure d'être en désaccord avec la théorie aussi. La première fois que j'ai lu la théorie TIPC, j'ai d'abord regardé dans une perspective nationale. Comme j'étais à la National Research Foundation, c'est là que beaucoup de choses se jouent. J'ai ensuite eu plus de difficulté à passer de ce niveau au niveau du projet Living Catchments. Au début, je portais toujours la perspective nationale et la façon dont DSI a une façon de voir les choses. J'ai travaillé dans cet espace. J'ai vu comment ils voient les choses. Parfois, les technologies ne traduisent pas. Donc, oui, ça a été un parcours dynamique pour moi.

 

Le défi des résultats transformateurs

Comme toutes les entreprises valables, le processus des TO est difficile. Il faut du temps et de la réflexion pour récolter les bénéfices, ce que TIPC entend à travers toutes les expériences de nos membres en Suède, en Colombie et ici, en Afrique du Sud. Gola décrit ses premières présentations et réactions :

« Les deux premières sessions, où c'était très académique, se disaient 'ça ne va pas marcher avec cette foule ! C'était tellement intense (pour l'équipe). Chaque semaine, quelque chose de nouveau était découvert. Cela a demandé beaucoup de séparation de votre travail. Revenir à l'essentiel et interroger. Il (était) vraiment difficile de revenir en arrière et de séparer les choses. J'étais ravi de voir comment les gens réfléchissaient très profondément à des choses. Il y avait beaucoup d'apprentissage dans l'apprentissage! Pas seulement pour se rendre aux TO, mais comment les atteindre ? Les frustrations comptaient, l'amélioration de ces frustrations comptait. Cela en dit aussi beaucoup sur nous-mêmes et sur notre propre apprentissage et désapprentissage. Pour moi, ce fut un voyage fascinant.

C'est arrivé au bon moment pour SANBI. Nous avons traversé des itérations d'apprentissages de processus sociaux - convocation de cours, parcours de transformation, facilitation de processus sociaux, donc c'est arrivé au bon moment où nous nous sentons plus autonomes et plus confiants. Nous nous sommes sentis capables d'exprimer nos inquiétudes, et l'équipe TIPC a été très réceptive à ces inquiétudes, et pour moi, c'était un bon début. Cela nous a permis de bien nous engager et cela en soi était un apprentissage particulier et cela nous a fait avancer pour être à l'aise ensemble. Nous pourrions plus facilement dire si nous étions confus. Au fur et à mesure que nous interagissions, cette familiarité et la possibilité de s'exprimer si nécessaire ont grandi.

Layne réfléchit :

« Je ne savais pas du tout à quoi m'attendre. Au début, j'étais très frustré… par les gens qui entraient dans notre organisation et nous « apprenaient » les concepts que notre travail incarne. Pour moi, c'est l'antithèse de ma façon habituelle d'aborder le travail qui consiste à donner un sens à la pratique. C'était très dur pour moi. En Afrique du Sud, nous avons tout un discours autour de la décolonialité qui se frotte contre cela. Mais nous avons pensé, nous nous sommes inscrits, alors faisons-le! Nos vies institutionnelles sont régies par des cadres « logiques » et encore une fois, ce n'est pas dans ma pratique. Je "désapprends" intentionnellement les cadres pour m'empêcher de penser comme ça et pour évoluer dans une autre façon de penser. J'ai cependant accepté que c'était ce que je pensais que c'était, et j'ai pensé qu'il y avait peut-être quelque chose ici pour que j'apprenne à faire le pont entre ces différentes manières. 

J'ai dû adapter mes attentes pour pouvoir tout traverser. Parfois, dans les séances, j'étais perdu et la valeur pour moi était en dehors des séances lorsque je me débattais avec mes collègues, et ma relation avec mes collègues s'est développée grâce à ce processus. Qu'est-ce qui a à voir avec la théorie ou qu'est-ce qui a à voir avec le fait d'être poussé à travers le processus pour prêter attention au développement du projet ? J'aimerais en parler davantage à l'équipe TIPC. J'aimerais discuter davantage - qu'est-ce que TIPC entend par co-apprentissage ? C'est presque comme si nous étions engagés dans un "jeu parallèle". L'apprentissage est ce qui se passe dans ces conversations sur le côté.

 

Les prochaines étapes

Comme nous pouvons le voir dans les réflexions, l'équipe du projet 'Living Catchments' a gagné à superposer la méthodologie TIPC à travers son projet et ils ont glané des avantages en tant qu'équipe. Des efforts supplémentaires sont nécessaires pour combler les lacunes, établir des liens avec d'autres domaines de la politique avec lesquels ils ne sont pas familiers et examiner comment les TO peuvent conduire leurs prochaines étapes.

Gola conclut :

 « Je vois déjà de la croissance, mais pour moi, il nous manque encore quelque chose, et nous devons y travailler en tant que groupe de projet. À l'heure actuelle, il y a trois compliments de travail - le compliment de politique, le compliment de convocation et le compliment d'apprentissage du travail. Pour moi, ils ne sont pas distincts et nous devons trouver un moyen de tisser qui les rassemble, et ce processus a fourni une opportunité de commencer et une base pour travailler à travers cela. Je peux voir comment les TO se tissent les uns dans les autres, mais nous avons besoin de conversations sur la façon dont cela fonctionne pour nous-mêmes.

L'apprentissage, le désapprentissage et le réapprentissage sont continus et perpétuels sur le chemin des transformations dont nous avons besoin en tant que monde. L'équipe du projet d'Afrique du Sud, travaillant sur l'approvisionnement et la sécurité de l'eau essentielle pour leur pays, a pris les premières mesures audacieuses, stimulantes mais gratifiantes pour atteindre ce résultat transformateur et atteindre l'objectif de développement durable.

________________________________________________________________________________

Biographies des personnes interrogées

Tanya Layne, Directeur adjoint : Apprentissage social et organisationnel, Institut national sud-africain de la biodiversité. Elle est responsable de l'apprentissage transformateur au sein de la division Conseils politiques de SANBI. Elle a 27 ans d'expérience dans la recherche sociale appliquée, la mise en œuvre de projets et la facilitation de l'apprentissage dans divers contextes. Une grande partie de cela a été dans le secteur de la biodiversité où elle se concentre sur la croissance de la citoyenneté pour une nature inclusive de tous d'une manière qui contribue à la croissance d'une société juste. Tanya est titulaire d'une maîtrise en pratique sociale réflexive.

Dr Nontutuzelo Pearl Gola, Institut national sud-africain de la biodiversité (SANBI)

Pearl Gola est coordinatrice de l'infrastructure écologique pour le bassin versant du Grand uMngeni dans le cadre du projet d'infrastructure écologique pour la sécurité de l'eau à l'Institut national sud-africain de la biodiversité (SANBI). Elle est titulaire d'un doctorat en sciences des ressources en eau de l'Université de Rhodes et travaille dans le secteur de l'eau depuis plus de 15 ans. L'une de ses principales responsabilités est de soutenir le fonctionnement continu du partenariat d'infrastructure écologique uMngeni (UEIP). L'UEIP est un partenariat multisectoriel d'acteurs de diverses institutions ; comprenant le gouvernement, les entreprises, les universités et la société civile ; engagé à trouver des moyens de mieux intégrer les solutions fondées sur la nature dans la gestion des ressources en eau dans le bassin versant du Grand uMngeni.

 

Les références

[1] Ghosh, B., Kivimaa, P., Ramirez, M., Schot, J., Torrens, J., 2020. Résultats transformateurs :
Évaluation et réorientation de l'expérimentation avec une politique d'innovation transformatrice Résultats transformateurs, document de travail TIPC, TIPCWP 2020-02. Accès en ligne : http://tipconsortium.net/wp-content/uploads/2020/07/Transformation-outcomes-TIPC-working-paper.pdf